Libye encore extrêmement vulnérable

48

LIBYE – Tripoli. La situation sécuritaire en Libye continue à inquiéter les différents acteurs locaux et internationaux impliqués dans la reconstruction et le développement du Pays.

A plus de deux ans du début de la révolution qui a porté au renversement du régime de Muammar Gheddafi et à neuf mois des élections de juillet 2012, le pays peine encore à trouver la stabilité nécessaire pour tourner la page. Les divisions internes, religieuses et ethniques, sont encore à l’ordre du jour et les attaques continues contre les institutions locales rendent difficile le chemin vers une normalisation de la vie.

Tout récemment, le  5 avril dernier des hommes armés ont attaqué dans les abords de la capitale libyenne, l’hôpital d’Al Hawadith. Situé dans le quartier méridional d’Abou Salim à Tripoli, l’hôpital, un des plus importants de la ville, est peu distant de la prison historique où les dissidents du régime de Gheddafi étaient emprisonnés à l’époque du Rais. Selon l’agence de presse Maghrebemergent.info, après avoir fait irruption dans la structure, les hommes armés seraient entrés dans la salle de réanimation en tuant deux personnes.

Le premier ministre libyen, Ali Zeidan, a affirmé le 8 avril dernier la faiblesse de la situation de la sécurité dans son pays. En rappelant que son chef de cabinet, Mohamed Ali Ghatous, avait été enlevé huit jours auparavant par des hommes armés sur quatre véhicules, Zeidan a souligné la période extrêmement vulnérable de son pays.

Par le biais de son intense action de gouvernement, la Libye multiplie son activité diplomatique notamment avec les pays frontaliers ou régionaux. Par exemple, le 6 avril dernier les gouvernements marocain et libyen ont décidé d’entamer un programme de coopération culturelle. Si l’accord devrait permettre une intensification du rôle des intellectuels dans le développement des pays respectifs, il représentera aussi une étape ultérieure pour la réalisation de l’Union du Maghreb Arabe, cette institution régionale qui a tant de mal à développer réellement ses capacités.